RD-Congo, nommer le Rwanda
Samedi 18 mars 2023 de 9h30 à 16h30
Information…

 • Le partenariat est au cœur de l’engagement du CCFD Terre Solidaire. C’est toujours une chance de rencontrer un partenaire.
• Arrivant de Goma au Kivu en guerre, Justin Kompanye témoignera de l’action de ceux qui rêvent de se nourrir en paix, selon le thème de la campagne de carême.
• L’éditorial de LA CROIX relate la situation

La Croix – vendredi 10 mars 2023

Éditorial

Une délégation du Conseil de sécurité de l’ONU se rend dans l’est de la République démocratique du Congo.
L’impatience augmente face à la guerre au Kivu. Cette partie de la RD-Congo est bouleversée depuis bientôt trente ans par d’interminables tragédies. Le génocide des Tutsis perpétré par des extrémistes hutus dans le Rwanda voisin en 1994 y a provoqué une déflagration majeure. La guerre s’est poursuivie de l’autre côté de la frontière, où l’afflux massif de réfugiés a perturbé les équilibres de population. L’insécurité permanente y a facilité la prédation des riches ressources minières. Les pays voisins ne se gênent pas pour puiser dans cette « bijouterie à ciel ouvert » – selon l’expression du Prix Nobel de la paix Denis Mukwege.
Cette situation provoque des souffrances intenses pour les civils. Le pape François a entendu des témoignages déchirants durant sa visite à Kinshasa, fin janvier. La violence est égale à celle qui s’exerce depuis un an en Ukraine, même si les armes sont différentes. En cause, notamment, la milice du M23. Ses combats avec l’armée ont affecté plus de 800 000 personnes en 2022, selon l’ONU.
La solution sera certes politique, mais il faut d’abord un cessez-le-feu, qui doit être exigé du M23 et de ses sponsors. Parmi ceux-ci figure le Rwanda. Ce pays est devenu une Sparte africaine, qui utilise ses capacités militaires pour exercer son influence. Sa stratégie d’ingérence le conduit implicitement à violer la souveraineté de son voisin. À l’heure où les Occidentaux s’opposent aux visées expansionnistes de la Russie en Ukraine, il serait étrange qu’une condamnation identique ne s’exprime pas pour ramener la paix en RD-Congo. C’est la responsabilité du Conseil de sécurité de l’ONU, dont une délégation de haut niveau visitera la région ce week-end.

Jean-Christophe Ploquin