rosaireUne épée spirituelle

Selon la tradition chrétienne, quand Saint Dominique prêchait dans nos contrées contre les hérésies cathares, la Vierge Marie lui a fourni une « arme » spirituelle pour son combat spirituel : le Rosaire.

C’est pour cela que les Religieux, les Dominicains notamment, le portent accroché à leur ceinture, à l’endroit même où les chevaliers accrochaient leurs épées.

Car le chapelet est cette épée spirituelle qui nous aide efficacement à combattre l’ennemi de nos âmes : le mal sous toutes ses formes.

 

♦ Le chapelet, c’est une communion vivante avec Jésus à travers le cœur de sa Mère

Le rosaire était la prière préférée du grand intellectuel et homme d’Eglise que fut le Pape Saint Jean-Paul II. Voilà ce qu’il disait lors de la prière de l’Angelus le dimanche 29 octobre 1978 :

Le Rosaire est ma prière préférée. C’est une prière merveilleuse. Merveilleuse de simplicité et de profondeur. Dans cette prière, nous répétons de multiples fois les paroles de l’Archange et d’Élisabeth à la Vierge Marie. Toute l’Église s’associe à ces paroles… Sur l’arrière-fond des Ave Maria défilent les principaux épisodes de la vie de Jésus-Christ. Réunis en mystères joyeux, douloureux et glorieux ils nous mettent en communion vivante avec Jésus à travers le cœur de sa Mère… En même temps, nous pouvons rassembler dans ces dizaines du Rosaire tous les événements de notre vie individuelle ou familiale, de la vie de notre pays, de l’Église, de l’humanité… 

 

♦ Le chapelet, c’est la prière des pauvres.

Le « Curé des loubards », le Père Guy Gilbert le récite fidèlement ! Voici ce qu’il écrit, avec un style bien à lui, dans « Le Plus Bel Album de famille, le Rosaire » :

Souvent, les gens me demandent si je récite le chapelet. Ils croient que, curé moderne, je laisse ça à celles qu’on appelle « les bigotes ». Je le récite chaque jour et je le médite. J’aime immensément mon chapelet. […] Le Rosaire nous permet de contempler la vie du Christ et les moments les plus importants liés à la vie de sa Mère. C’est un merveilleux Album de famille. Il passe de la joie la souffrance et se termine par une lumière éblouissante: la Résurrection. Le chapelet, c’est la prière des pauvres. Oui, « c’est la prière des pauvres ». C’est pour cela qu’on n’en veut plus. Les objections pour ne pas les citer ? « C’est un truc de vieilles ». Là, tu te plantes. Je connais de plus en plus de jeunes qui le récitent. « C’est marmonner la même prière. C’est lassant et je pense à autre chose ». Là, t’as tout faux. Répéter « Je vous salue, Marie », plein cœur, même si tu t’évades de temps en temps de ta prière, tu te projettes dans un souffle d’amour qui te porte et te dynamise. Le Rosaire te met dans un climat d’élévation. […] « Je préfère parler directement à Dieu ». O.K.! Mais n’oublie pas que Dieu, ayant ras-le-bol de ne pas être aimé, a envoyé son Fils Jésus dans le ventre de Marie d’abord ! […] A Marie, il a donné le pouvoir fabuleux d’être notre Mère et la Mère de l’Eglise. C’est la plus grande sainte, la plus parfaite. Elle a une puissance immense. Médite sa vie travers ses mystères. Accroche-toi à ton chapelet. Tu verras combien ces Ave Maria t’apporteront une joie immense. Ils toucheront le Cœur de Marie. Elle intercédera auprès de Dieu. […] Attends-toi à ce qu’elle te comble de grâces.

 

♦ Ne vous séparez jamais de votre chapelet

Dans nos paroisses une équipe de paroissiens prie constamment le Rosaire en confiant à Jésus par Marie toutes nos joies, détresses, actions de grâce et supplications.

N’hésitez pas à vous faire connaître si vous souhaitez en faire partie ou créer une autre équipe du Rosaire.

Que vous récitiez le rosaire en entier ou le chapelet ou juste une dizaine par jour, l’essentiel est de prendre le goût et l’habitude de cette merveilleuse prière.

Elle est d’une efficacité redoutable. Elle nous accroche à notre Mère, la Sainte Vierge Marie. Aussi nous ne craindrons jamais de nous perdre sur la route vers le Ciel : Marie y veillera !

Souvenez vous que le mot « rosaire » vient du latin « rosarium » qui pourrait être traduit comme « guirlande de roses ». Alors quand vous prierez votre chapelet, dites-vous que chaque grain, chaque prière est comme une rose que vous offrez à Marie et par elle à Dieu lui même !