Prêtre pour l’éternité

♦ Pourquoi prêtre ?

Saint Paul et Barnabé expliquait un jour que c’est le commandement que le Seigneur nous a donné :

« J’ai fait de toi la lumière des nations pour que, grâce à toi, le salut parvienne jusqu’aux extrémités de la terre » (Ac 13, 47).

Je me souviens un jour d’avoir contemplé les derniers rayons du soleil embraser les falaises du Grand Canyon en Arizona. Magique ! Cette lumière exprimait plus fort que les paroles la beauté et la majesté du Créateur. Plus tard, dans la boutique du Village, j’avais trouvé une petite lampe. C’était une ampoule introduite dans une pierre creusée. Quand on l’allumait, elle semblait reproduire cet instant magique des rochers illuminés par le soleil.

Alors en lisant les paroles de Saints Paul et Barnabé, je me dis que les prêtres sont ces petites ampoules qui doivent être toujours branchées sur le Christ-Lumière afin d’éclairer le chemin de ceux qui cherchent Dieu ; témoigner par leur vie de la beauté et de la majesté du Créateur qui prend soin des enfants, qui les guide, qui les protège.

S’ils ne sont pas « branchés » eux-mêmes sur le Christ, ils ne servent à rien. Et si leur connections est mauvaise, ils peuvent même faire beaucoup de dégâts. Comment ne pas penser à ces loups qui ont tant déchiré l’Eglise, qui tuaient les agneaux dans leur innocence. Mais pensons aussi à des millions de petites et de grandes lumières, comme Saint Jean Bosco, le Saint Curé d’Ars, Saint Jean-Paul II, qui ont illuminé ce monde et qui nous ont montré le chemin qui mène vers la lumière éternelle du Christ Ressuscité !

♦ Pourquoi pas prêtre ?

Naguère, quand dans la famille on avait une vocation sacerdotale, on bénissait le Seigneur. Aujourd’hui, on est, curieusement, moins prompte à le faire. Pourquoi ? Qu’y a t-il de mieux que de consacrer sa vie pour gagner la vie éternelle en travaillant pour le Seigneur en sauvant les autres. Le fait qu’on renonce à la vie familiale ? Détrompez-vous : on reçoit tout au centuple, puisque c’est l’Eglise tout entière qui devient notre famille !

Et puis, on a le plus merveilleux Patron de tout l’Univers ! Certes, il ne faut surtout pas lui parler de 35 heures, mais l’emploi est garanti à vie éternelle et Il est toujours là pour écouter, consoler, encourager, émerveiller, épauler et aimer ! Croyez, moi, on ne voit même pas les années passer : aucun jour ne ressemble à un autre !

♦ Pourquoi pas moi prêtre ?

Si le Seigneur t’appelle ou si tu t’interroge au plus profond de ton cœur, alors ne crains pas de venir vers Lui : Il te guidera par la voix de l’Eglise. Si tu penses ne pas avoir assez de force, Il sera lui même ta force. Si tu penses que tu ne le mérites pas, rassure-toi, personne ne l’avait mérité avant toi. Le Christ appelle qui Il veut parce qu’Il l’aime. Il te dit juste :

Suis moi, je ferai de toi une lumière des nations pour que, grâce à toi, le salut parvienne jusqu’aux extrémités de la terre.

Quant à nous tous, frères et sœurs, n’oublions pas que la source et le but de la vocation sacerdotale, c’est le Christ lui-même présent dans l’Eucharistie. Si nous voulons des nombreuses vacations, alors recentrons nos vies sur l’Eucharistie.

Quand nos églises seront pleines à craquer, quand les fidèles se souviendront de la foi de leur baptême et vivront selon elle, croyez moi, le Seigneur nous donnera autant des prêtres qu’il le faudra pour apaiser la soif des ses brebis.

Ayons donc la soif profonde du Christ et transmettons-la à nos enfants !

Abbé Bogdan Velyanyk – Curé